Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
[Marketing Sportif, Sponsoring et Stratégies de Communication par le Sport]

la.S.M.S. | la.Semaine.du.Marketing.Sportif.

[Marketing Sportif, Sponsoring et Stratégies de Communication par le Sport]

ITW [1] : Rencontre avec une étoile montante du Beach Volley.

com
la.Semaine.du.Marketing.Sportif. vous propose de partir à la découverte d'un sport de plus en plus en vogue : le beach-volley. Rencontre avec Céline Gemise Fareau, espoir française de cette discipline olympique et coéquipière de Mathilde Giordano, championne du monde universitaire.  
 

 

 

la.S.M.S. : Comment es-tu devenue "beach-volleyeuse" ?
Céline Gemise Fareau : Cela fais 12 ans environ que je pratique le volley indoor. Sous l'aile de mon grand frère j'ai appris avec les grands aux volley ball pendant les vacances d'été sur les plages de l'île de Ré. Depuis, je vie ma passion à jouer au beach volley, tout en poursuivant mes études. Je m'entraîne tous les jours pour essayer un jour d'atteindre mes objectifs.
 

 

la.S.M.S. : Quelles études fais-tu ? Comment fais-tu pour concilier études et compétition ? 
CGF : Je fais des études de chimie. Je suis en 4eme année, et je fais ces études car la chimie me plaît et je me vois faire une carrière professionnel en tant que chimiste analyste après une carrière de beach volley. Pour concilier les deux j'essaie de m'organiser au mieux pour m'entraîner pendant mes heures de "trou" scolaire. Dans le cas contraire, je peux aménager mon emploi du temps scolaire pour pouvoir m'entraîner. J'y arrive jusqu'à maintenant car je suis une battante et que je m'en donne les moyens.

 

la.S.M.S. : As-tu un statut professionnel ? 
CGF : Je n'ai pas un statut professionnel comme la majorité des pratiquants du beach qui est un sport seulement semi professionnel en France.

 

 

la.S.M.S. : Sport-spectacle, dynamique, fun et jeune, le beach volley est l'un des rares sports à organiser des compétitions en centre ville. Il bénéficie donc d'une exposition privilégiée, en contact direct avec le public. Y a-t-il un intérêt croissant du public et des médias ? 

CGF : Tout à fait. Le beach volley évoque rapidement le soleil, les filles en maillots de bain... On ne va pas vous mentir, ce n'est pas faux ! Mais le beach volley signifie aussi sport athlétique, olympique, et spectaculaire. C'est entre autre pourquoi on attire beaucoup de public. Dans les ville où le sable se fait rare un évènement de se type est très médiatisé au sein de la région. L'esprit festif que dégage ce sport, est un atout pour aider à nous faire connaître.
 

la.S.M.S. : Où se situe la France dans ce sport par rapport au niveau international d'un point de vue

- du suivi/intérêt du public ?    

CGF : C'est un sport en croissance. Le beach volley reste un sport trop "plagiste" dans la tête des gens pourtant il est olympique.

- des sponsors ? 

CGF : Les sponsors ne courent pas les rues, mais je pense qu'ils n'ont pas encore essayé de s'ouvrir à cet horizon dans le cadre de leur campagne de communication globale. Pourtant le public est très intéressant. C'est un public très familial. 
 

- sportif ?

CGF : Soyons honnête : les moyens se mettent en place mais on est en pleine préparation pour les JO 2008. Ce n'est pas une chose aussi facile que pour des pays comme l'Allemagne ou le brésil qui sont déjà qualifiés.

la.S.M.S. : Quels sont vos objectifs sportifs à court et moyen termes ?

CGF : Nos objectifs à moyens termes seraient d'atteindre une 5ème place européenne, championnes de France et faire un maximum d'étapes du championnat mondial. A long terme, nous tenterons la qualification aux JO 2012.

la.S.M.S. : Quelles sont les prochaines échéances pour vous deux ?
CGF : Il y a le circuit français qui débute fin avril puis le début du championnat d'Europe mi mai. 
 
 
la.S.M.S. : Aujourd'hui, pour pouvoir participer aux compétitions, vous devez boucler votre budget. Combien vous manque-t-il et comment séduire les sponsors ? Que pouvez-vous les offrir ?
CGF : Il nous manque environ 12 000 euros pour pouvoir aller au bouts de nos objectifs. Séduire les sponsors ce serait leur dire que passer par une image fun, sportive par des jeunes filles athlétiques ne peut que les aider à faire passer un message. De plus nous parcourons toute la France et toute l'Europe ce qui aide à la médiatisation. Et nous pouvons contribuer à leur développement par distribution de tracts... Toute forme de pub est possible et notre support est peu cher pour un impact assuré.
 
la.S.M.S. : Loubsol est votre premier partenaire. Qu'est-ce qui les a convaincu ?
CGF : Ce qui l'a convaincu c'est qu'il a cru en moi, et qu'il connaissait déjà ce sport car il sponsorisait une autre équipe avant moi. De plus, c'est un lien amical qui nous lie actuellement et c'est ce qui fait la force du partenariat.
 
la.S.M.S. : Peux-tu nous expliquer comment est utilisé l'argent reçu des sponsors ? A quoi sert-il ?
 
CGF : L'argent des sponsor est utilisé dans l'achat de billets d'avions pour partir en compétition, de payer le logement, la vie avant la compétition.
 
 
Le fait de jouer en centre ville et sur les plages est un atout incomparable pour une marque souhaitant créer une relation de proximité et un lien privilégié avec sa cible. Le beach volley est l'un des rares sports de compétition à aller à la rencontre du public tandis que des sports plus traditionnels tels que le football, le rugby ou le handball doivent faire déplacer le public dans leur stade/salle. Leur position est d'ailleurs enviée puisque les fédérations de ces disciplines ont créé des tournées estivales afin d'aller à la rencontre des vacanciers sur les plages de France. Ces derniers présentent l'intérêt d'être disponibles, et donc plus à l'écoute du message de l'annonceur. D'autant plus que sur la plage, ils ne sont pas noyés dans une masse de publicités comme cela peut être le cas dans un stade, dans les médias ou dans la rue. Ils sont ainsi plus réceptifs du message du sponsors.
 
Céline et Mathilde sont deux sportives de haut niveaux. A l'heure où la pratique et l'intérêt du sport féminin augmentent, elles offrent une opportunité de sponsoring pertinente, avec les JO 2008 de Pékin en ligne de mire. Les déclinaisons sont en outre nombreuses : travail de l'image de marque, motivation des forces / incentive, street marketing, marketing relationnel, RP, etc.
L'investissement étant accessible, le retour sur investissements peut s'avérer conséquent.
 
 
Merci Céline de nous avoir fait partager votre aventure.
la.S.M.S. vous souhaite à toutes les deux beaucoup de succès dans votre recherche de sponsors et dans vos objectifs sportifs.
Revenez nous voir pour nous tenir au courant de votre recherche et de vos résultats sportifs. 
 
 
Repost

Commenter cet article