Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
[Marketing Sportif, Sponsoring et Stratégies de Communication par le Sport]

la.S.M.S. | la.Semaine.du.Marketing.Sportif.

[Marketing Sportif, Sponsoring et Stratégies de Communication par le Sport]

Le Galactique Beckham entre dans la légende...

com

... du sportbusiness !
En signant le plus gros contrat de l'histoire du football, la star anglaise, David Beckham, s'offre un dernière pige en or. Il rejoindra en Août prochain le Los Angeles Galaxy, club phare du championnat américain (la Major League Soccer), où l'attend un contrat de 5 saisons à 38M€ par an, soit 190M€ au total (250M$) !

 

190.000.000

 

En outre, le footballeur anglais va récupérer au passage les 50% de ses droits d'image qu'il avait cédé au Real de Madrid. Ainsi, il percevra l'intégralité de tous les revenus liés à ses contrats publicitaires. Rappelons que son salaire actuel est de 6M€ par an. Il deviendra donc en Août prochain, le deuxième sportif le mieux payé du monde derrière Tiger Woods. Ronaldinho et ses 23M€ annuels semblent bien loin. Ses revenus devraient donc rapidement se situés autour de 45M€ par an tant la ligue américaine compte se servir de son image pour faire la promotion de son championnat.

 

Le hasard faisant bien les choses, Beckham rejoint une franchise équipée par... Adidas, sponsor personnel du joueur. Elle a même créé une griffe spéciale à son image avec toute une ligne de vêtements et chaussures commercialisée à son nom. La marque a-t-elle financer une partie de son nouveau contrat ? C'est une hypothèse réaliste. Adidas aurait d'ailleurs permis à Beckham et Zidane de signer à Madrid qu'elle sponsorise. La marque allemande pourrait ainsi étendre son térritoire et ses parts de marché sur le sol de son principal concurrent, Nike. L'enjeu est réel : un star tel que Beckham doit permettre d'augmenter la visibilité du football aux USA et le nombre de licenciés et de spectateurs. Premier sport des jeunes américains, première discipline chez les femmes, le "soccer" est promis à un bel avenir. Adidas, marque n°1 du football, a gros à y gagner. Ainsi, elle et la ligue nationale américaine ont appliqué une méthode simple qui a déjà fait ses preuves : ils ont fait de Beckham leur tête de gondole !

 

Enfin, pour la petite histoire, David Beckham intègre une équipe peu compétitive (elle ne s'est pas qualifiée pour les playoffs la saison dernière) dans laquelle évoluent néanmoins deux stars nationales : Cobi Jones et Landon Donovan. Grâce à son épouse, l'ex-Spice Girl Victoria, l'anglais est aussi connu aux Etats-Unis qu'une star de cinéma (détail important pour développer la notoriété du soccer auprès d'un plus large public d'Américains). Michael Jackson lui aurait dit qu'il était prêt à lui vendre sa propriété (avec parc d'attractions privé) "Neverland". Enfin, il compte parmi ses amis le couple d'acteurs Tom Cruise et Katie Holmes qui ont déjà déclaré leur plaisir de l'accueillir à Los Angeles et de l'aider à s'y intégrer !

 

Si la retraite s'annonce dorée, la fin de sa carrière semble cependant bien chargée...

Repost

Commenter cet article

Cédric 22/01/2007 22:47

Il ne faut pas oublier que Beckam n'est plus qu'un simple et banal joueur de foof au talent inversement proportionnel aux différents revenus qu'il va prendre (salaire + revenus pub + droits image du joueur + ...les éventuels procés de la presse à scandales).
S'il peut aider à populariser le foot dans ce pays qui s'en contrefout et ne jure que par la NBA, la NFL et la NHL. Mais même avec Pelé dans les années 70, le résultat a été peu glorieux...
Une simple affaire de gros sous et d'apparence ; Un ancien trés bon joueur devenu un joueur / produit...

-SMS- 23/01/2007 20:08

Cédric > En effet, la star anglaise n'est plus tout à fait ce qu'elle était à la fin des années 90. Et elle ne sera jamais un grand footballeur qui marquera de l'histoire de son sport. C'est peut être là l'erreur des américains. Une fois sur le terrain, la déception peut être assez grande pour réduire "l'effet de lévier Beckham" escompté. Mais peut être aussi que ce n'est pas forcément ce qui les intéressent. Son aura en dehors du terrain de football peut suffir pour attirer un nouveau public.
La précédente ligue américaine qui a vu joué les Pelé et Beckenbauer a sombré parce qu'après avoir investit d'importantes sommes d'argent en transferts et salaires, les ventes de tickets n'ont pas augmenté. Les stades restaient vides ! Aujourd'hui, avec l'expérience européenne du développement du football (dont la croissance est vertigineuse depuis 1998) et celle que les américains ont à travers les NBA, NFL, NHL, NCAA, etc, ils sont mieux armés pour mener à bien ce nouveau challenge.
D'ailleurs, d'ici 2010 le nombre de franchises (équipes) devraient monter à 16 au lieu de 12 actuellement. Cette année, plusieurs équipes vont devenir propriétaires de leur propre stade. ESPN, chaine sportive majeur aux USA, se penche sérieusement sur le produit "soccer" et serait prêt à investir une somme jamais vu à USA pour acquérir les droits de retransmissions. Cristal Palace et Alaves, deux clubs européens de niveaux "moyens" ont annoncé vouloir créer chacune une équipe dans une ligue mineure américaine (USL). Des annonceurs américains sont de plus en plus nombreux à vouloir s'afficher sur les maillots des franchises. Une nouvelle compétition basée sur le schéma de la Champions League vient de voir le jour et aura lieu dès cet été. Enfin, n'oublions pas que le soccer est le premier sport pratiqué par les jeunes américains et par les femmes.
Le chemin parait certes encore bien long. Mais on dirait qu'une nouvelle volonté est en marche pour développer considérablement cette discipline aux Etats-Unis et pour accueillir le formidable potentiel humain et financier qui leur tend les bras !
 
Merci pour ton commentaire Cédric.